CHARGEMENT / DESCARGAR

Ecrivez pour rechercher

Pascal RESPLANDY propose des caméras de surveillance mobiles afin de dissuader les auteurs d’incivilités !

ACTUS AGIR INFORMER NOUVELLES DU BITERROIS

Pascal RESPLANDY propose des caméras de surveillance mobiles afin de dissuader les auteurs d’incivilités !

Pascal Resplandy
Pascal Resplandy 17 décembre 2018
Partager
AUGMENTATION DU PARC DE VIDEO SURVEILLANCE : ON le multipliera par 3 !
Problématique :
La sécurité est la préoccupation numéro 1 de nos concitoyens, il s’agit alors d’y répondre en leur proposant des solutions efficaces et innovantes avec un coût réduit au minimum pour les finances publiques tout en démultipliant de façon significative les moyens mis en œuvre. La vidéo surveillance a atteint ses limites, les zones mis sous surveillance sont plus ou moins sécurisées mais les zones sans restent problématiques, nous ne pouvons mettre une ville entière sous surveillance, il s’agit alors de trouver des solutions peu coûteuses.
Proposition :
Afin de permettre cette augmentation tout en limitant les coûts nous proposons la mise en place de caméra fictives inter changeables avec des caméras nomades. De même apparence les citoyens seront incapables de savoir si la caméra de l’angle de leur rue est fictive ou non.
Même si la mise en place d’un dispositif de vidéoprotection sur l’espace public est en cours de déploiement. A terme, 110 caméras de surveillance devront renforcer l’existant afin de permettre le doublement des moyens, notamment les abords de la gare et plusieurs secteurs de la ville au centre-ville mais aussi en périphérie, définis en étroite collaboration avec la police nationale. Nous proposons de multiplier ce parc par 3 avec le renfort de 110 caméras fictives « non reconnaissables » et inters changeables avec les caméras nomades. A terme c’est 330 caméras de surveillance qui équiperont la ville, un tiers fixe, un tiers nomade et un tiers fictif. En sachant que les caméras nomades peuvent être installées sur n’importe quel support !
Pour ce faire, la Ville de Béziers devra faire le choix de ce système innovant. En plus des caméras fixes installées au centre-ville et ailleurs, c’est un dispositif de caméras nomades qui devra être mis en place. Efficaces car mobiles, ces caméras peuvent être déplacées au gré des faits constatés et des besoins de la police nationale mais aussi en fonction des signalements des habitants (dépôts d’ordures sauvage, dégradations, déjections canines) afin d’identifier les auteurs. Les premières devront être installées là ou l’actualité criminelle est la plus importante mais pourront ensuite être déplacées en fonction de l’évolution des crimes et délits mais aussi de l’actualité évènementielle, remplacées alors par des caméras fictives identiques.
Les images seront transférées au centre de surveillance urbain où elles seront stockées un mois, conformément aux dispositions de la CNIL. Le système de vidéoprotection est avant tout un outil d’aide à l’enquête et non un moyen de surveillance des usagers. Ainsi, aucun agent n’est affecté de manière permanente à la surveillance des écrans, mais les images sont consultables par les forces de police nationale sur réquisition.
Coût : A évaluer mais en investissement des recherches de subventions sont à disposition des communes. En faisant des économies ailleurs sur le fonctionnement (Budget communication et budget JDB de la ville notamment)
Economies réalisées : En faisant baisser les actes de dégradation volontaire et les incivilités ce sera autant de frais en moins pour la ville aussi bien en intervention humaine qu’en moyens matériels.
En résumé : Démultiplier considérablement la vidéo surveillance (X3) grâce aux caméras fictives et aux caméras nomades ! Aujourd’hui les caméras de vidéos surveillance sont fixes : Pascal Resplandy propose des caméras de surveillance mobiles afin de dissuader les auteurs d’incivilités mais aussi de les suivre sur le territoire !

Laisser un message

Your email address will not be published. Required fields are marked *