CHARGEMENT / DESCARGAR

Ecrivez pour rechercher

Avec ses “bondieuseries”, Ménard crucifie la Féria !

Pascal Resplandy 9 août 2018
Partager

C’est le moins que l’on puisse dire, La Ville de Béziers n’a pas mis les petits plats dans les grands pour cette 50e Feria. Deux affiches voilà tout : Une demie tête de toro, plagiat modernisé du visuel 2002 des billets de corrida et un appel à la prière dans les arènes !

Alors que les mairies responsables- celles qui veulent que la fête soit belle- utilisent l’affichage public pour indiquer aux festaïres les différents lieux de fêtes, de repos ou d’amusement pour les enfants, la Mairie de Béziers y indique seulement l’heure et le lieu….de la messe ! Voilà donc le point culminant des 50 ans de la Feria. Eau bénite et hosties à volonté !

Quel piètre anniversaire !

Aucune innovation ni changement de programme, alors que la fête populaire se meurt et s’enferme de plus en plus dans des bodegas privées.

Aucun invité de marque pour ce concert du demi-siècle, mais une ancienne vedette qui déjeune en paix depuis bien longtemps ! La fontaine du vin -même si le symbole est aujourd’hui désuet- était emblématique de Béziers. Aujourd’hui on nous sort des jeux basques, catalans ou un énième Paquito géant qui n’amuse plus personne ! La feria de Béziers n’a plus d’âme ni identité et c’est bien pour cela que les gens ne s’y pressent plus. Elle ne ressemble plus à rien.

Même le corso biterrois n’existe plus. Il a été remplacé par un défilé de CRS en tenue de combat, d’une démonstration de force de la Police Municipale et autres tireurs d’élite planqués sur les toits ! L’année dernière, toute la presse a titré : « Béziers, une feria sous très haute sécurité » (l’Indépendant) ou « Une feria sous haute protection » (Midi Libre) ou encore « La feria sous très haute surveillance » (E-Metropolitain). Les forces de l’ordre sont aussi nombreuses à Béziers qu’à Bayonne pour deux fois moins de monde ! La sécurité est bien sûr nécessaire, mais de là à en faire son principal atout ! Et cette année, cerise sur le tabernacle, l’adjoint à la sécurité des « grands évènements » biterrois (il ne doit pas s’épuiser…) figure même sur les cartons d’invitation : on croit rêver !

Là où toutes les villes du Sud-Ouest ont depuis longtemps mis en place un système de bus qui desservent les villes et villages voisins afin que tout le monde puisse profiter de la fête en toute sécurité, Béziers ne fait que de la répression pour ceux qui ont un peu trop bu, les journaux annonçant même fièrement le nombre de permis suspendus après chaque feria.

Autant dire clairement : Festaïre, passe ton chemin, va plutôt à Dax faire la fête !

Cette baisse de fréquentation n’est pas sans conséquence. Elle impacte les commerces et les hôtels mais aussi les associations qui ont des bodegas comptent sur l’argent récolté pour boucler leurs budgets. Mais la feria de Béziers ce sont les arènes ! La tauromachie a besoin d’une feria attirante pour remplir les 13 000 places des tendidos et réciproquement  les nombreux aficionados qui ont un large choix de corridas pendant le mois d’août, choisissent aussi leurs destinations en fonction de la qualité de la fête.

La feria est un tout et c’est comme cela qu’elle a été créée il y a 50 ans.

A croire que Robert Ménard et ses acolytes ont décidé de crucifier notre belle feria.

Biterrois ! Si notre feria meurt il n’y aura malheureusement pas de résurrection possible ….Amen.

 Texte de J.R

Tags:
Article précédent
Article suivant

Laisser un message

Your email address will not be published. Required fields are marked *