CHARGEMENT / DESCARGAR

Ecrivez pour rechercher

La Roue de l’Infortune

Pascal Resplandy 30 janvier 2018
Partager

En effet, comme lui, cette Grande Roue, je l’aurais souhaitée.
Il faut animer le centre-ville.
Hop, rien de plus simple. On va faire une grande roue. Il a vu ça à Paris quand il n’habitait pas ici et rehop, ça y est c’est décidé, c’est plié, c’est voté, c’est payé et tourne la roue.
On va pouvoir communiquer, faire de belles photos et puis ensuite, on verra bien.
C’est un peu le volontarisme du bélier, on fonce tête baissée et on réfléchit après.
Le problème, c’est que cette méthode fonctionne quand on est Président d’association et que l’objectif est de faire des coups de com’.
Quand on est Maire, ce n’est pas tout à fait la même chose. On est responsable de l’argent public et l’on doit s’assurer de l’impact positif comme négatif de ses décisions.
Et ici encore, nous avons malheureusement un dossier mal ficelé où rien n’est prévu et anticipé.
Tout d’abord, en Commission, on nous indique que l’appel d’offre a été remporté par la famille Dubois, mais, après vérification, la société exploitante s’appelle SD ANIMATION et a été créée de manière récente en Mars 2017, avec, comme représentant légal, un certain Claude SEGUIE.
Ensuite, nous apprenons que l’appel à projets n’a reçu qu’une seule et même candidature. Qu’en est-il de la mise en concurrence ?
Pourquoi cet appel d’offre n’a-t-il pas été relancé ?
Pourquoi a-t-il fallu exiger d’obtenir les plans du projet en Commission, alors qu’ils auraient pu, et même dû, être joints au dossier de préparation du Conseil Municipal ?
Je m’interroge donc sur toute cette opacité.
Au-delà de cela, je ne vois au dossier aucune étude de marché préalable pour mesurer la viabilité de cette entreprise. Et hop !
Aucune d’étude d‘impact sur les riverains et le voisinage. Et hop !
Un risque de difficulté de circulation du fait du rétrécissement de la voie en arrivant de la rue du Maréchal Joffre. Et hop !
Enfin, si un plateau traversant, que je juge bienvenu, est pensé pour faire le lien entre les Allées Paul Riquet et le Plateau des Poètes, comment peut-on dans cette logique, poser une énorme roue sur la totalité de l’emprise des Allées, formant ainsi un immense barrage au cheminement piétonnier ?
N’aurait-il pas fallu penser le positionnement de la Roue sur la place Jean Jaurès où elle se serait intégrée harmonieusement ?
Mais pour cela, il fallait le délai d’anticipation et de réflexion nécessaire.
Très contradictoire avec le « Et hop ».

Et tout cela pour 1 millions d’euros afin d’aménager l’espace et un loyer dérisoire pour le délégataire… ce n’est pas grave, c’est le contribuable qui paye. Et si ça ne marche pas, ce n’est pas grave, on démontera et on indemnisera le délégataire au frais des biterrois.
Je crois qu’il faut réfléchir avant d’agir et qu’un volontarisme stérile ne règle rien. Il y a beaucoup d’autres priorités à Béziers, mais pour cela, il faut écouter, associer les gens et non pas décider seul dans un bureau et imposer une grande roue pour trouver la hauteur… de point de vue … qui manque à M. Ménard.
Oui la Roue tourne, j’en suis persuadé mais j’ai bien peur qu’avec ces inconséquences, nous ne soyons sur l’essieu quand le décor de la fête foraine va s’estomper !

Tags:
Article précédent
Article suivant

Laisser un message

Your email address will not be published. Required fields are marked *