CHARGEMENT / DESCARGAR

Ecrivez pour rechercher

A vendre, l’Acropole de Béziers pour 700 000 euros, défiscalisation – Offre exclusive

Pascal Resplandy
Pascal Resplandy 28 novembre 2016
Partager
Monsieur le Maire,
Vous qui vous faites quotidiennement le chantre du conservatisme, qui chantez des odes au Béziers d’hier et d’avant-hier, qui préférez le patrimoine à la création culturelle, qui, les yeux dans les yeux, nous dites que vous n’avez que l’intérêt de Béziers au cœur, je m’interroge à l’écoute de ce rapport sur la cohérence entre votre discours et vos actions.
Vous nous présentez, ce jour, un rapport qui solde de la plus mauvaise façon le patrimoine de chaque biterrois, qui abandonne l’identité biterroise et qui hypothèque les intérêts des générations futures.
A travers son symbole le plus évident et le plus visible et son bien commun le plus emblématique, l’Acropole, notre seul site touristique attractif de centre ville, un des seul belvédère conservé de France, un palais des évêques du 17éme siècle, c’est Béziers et tous les biterrois que vous dilapidez faute d’idées, d’ambition, de soutiens et de clairvoyance.
Imagine-t-on Dijon vendre le Palais des Ducs, Strasbourg le Palais Rohan, Lyon la Place Belcour, Paris la Tour Eiffel ?
Pour revenir aux détails de votre projet, je souhaite, tout d’abord, parler du fond avant d’évoquer la méthode.
1- Le fond
Si nous nous penchons sur le fond de votre projet, nous constatons, de toute évidence, deux failles majeures qui devraient vous sauter aux yeux et vous retenir de nous présenter un tel projet. La première est liée à l’attractivité même du projet, la deuxième à son financement.
a) L’attractivité du projet
Les éléments dont nous disposons aujourd’hui sont suffisamment flous et imprécis pour douter de l’attractivité de l’ensemble du projet.
Qu’en est-il du marché des résidences seniors même haut de gamme, quel est le taux de fréquentation hôtelière à Béziers, le besoin en dehors des périodes touristiques, quelle signature pour le restaurant gastronomique…? Nous n’avons aucune de ces indications. Si peut être une…Gilles Goujon sollicité à refuser de s’associer au projet. Si même notre chef 3 étoiles originaire de Béziers ne croit pas à la solidité du projet qui peut le rendre attractif ?
Le dossier est étrangement vide. Il est quand même étonnant de demander à des élus de voter sans avoir d’informations, sans business plan, sans prévisionnel.
J’ai quand même cherché quelques informations qui peuvent nous éclairer au moment d’un vote crucial pour l’avenir de Béziers. Je me suis particulièrement intéressé à votre projet de Musée d’Art sacré et je suis allé voir la fréquentation de quelques musées similaires en France.
Il y a notamment un musée d’Art sacré qui fait référence à Dijon dans l’ancienne église Sainte-Anne en plein centre-ville de cette capitale régionale de plus de 150.000 habitants extrêmement touristique, au début de la route des vins de Bourgogne. Savez vous quel est le dernier chiffre de fréquentation disponible ? 7082 visiteurs en 2014, c’est ridicule ! et encore ne sont-ils pas peut-être tous payants.
Imaginez les mirobolantes recettes de la billetterie qui vont, de toute évidence, permettre d’amortir sans difficulté les frais de fonctionnement et les salaires nécessaires. Un gouffre assuré !
Tout est dit… des projets mais aucune réalité économique. Au moment des prochaines élections municipales, on va inaugurer et ensuite on va laisser les autres gérer les problèmes notamment les questions de copropriété.
Que va-t-il se passer une fois que les bâtiments vont être vendus au privé, si les projets n’aboutissent pas ou s’ils échouent ? Quel sera le droit de regard des biterrois sur l’avenir de ce symbole ? Que va devenir le Palais des Évêques une fois cédé au privé. Quelles sont les réelles intentions de la société Les Villages d’Or ?
Je m’interroge d’autant plus que le partenaire que vous avez choisi est un spécialiste de la défiscalisation, spécialiste de locations en meublées de maison pour retraités. Bref, du locatif. Nous pouvons légitimement douter de sa capacité à porter pareil projet. Je vois déjà Le Palais des évêques vendu par les réseaux de ventes en défiscalisation financière, quelle honte pour Béziers ! Je vois déjà aussi le sort de ce site quand le promoteur aura tout vendu en copropriété ! Oui, vous entendez bien, le palais Episcopal de Béziers sera géré en copropriété avec plus de 36 logements probablement en location. Je ne vous parle pas de l’absence de parking sur les lieux. Certes des parkings à Saint Vincent de Paul leur sont réservés. Je vois déjà de riche investisseur obligé de garer sa voiture au parking et remonter jusqu’à leur appartement à pieds connaissant le dénivelé. Je suis certain que les millionnaires vont se bousculer !
Voilà le premier objet de mon inquiétude, des projets pas correctement travaillés et pas solides. Ce site est un atout touristique de notre ville, ce projet détruit définitivement ce capital.
b) L’aspect financier
Vous êtes en train de brader le patrimoine des biterrois. L’Hôtel Bastard, les Galeries Lafayette et la Maison de Jean Moulin ne vous suffisent pas. Voilà le Palais des Évêques maintenant… Je crois qu’il faut profiter de siéger dans ces murs avant que vous nous annonciez la vente de l’Hôtel de Ville.
Quelle est votre stratégie ? Je comprends que l’on puisse avoir une gestion dynamique du patrimoine municipal, mais j’ai l’impression que votre objectif n’est que financier. Et pourtant, vous ne semblez pas être en la matière garant des intérêts financiers des biterrois.
Monsieur le Maire, si on se concentre sur l’aspect financier de votre projet, on constate que vous estimez un bien exceptionnel d’environ 6.500 m2 à 2.500.000 € : moins de 400 € le m2. De quoi se poser des questions sur une réelle intervention des Domaines dans l’estimation. A qui profite cette affaire juteuse ?
Mais que les biterrois ne se trompent pas, ce sont seulement 700.000 € qui finalement devraient rentrer dans le budget de la Ville. Que deviennent les 1.800.000 € ? Ils financent, sous forme de dation, le Musée d’Art sacré de seulement 600 m2 soit moins de 10% de la surface totale. Ça fait cher la relique si on table sur une fréquentation comparable à celui de Dijon. Je ne vois pas non plus de cahier des charges précis du rendu du musée, le promoteur assurément conserve la main sur la qualité des matériaux pour assurer sa marge.
700.000 €, c’est moins de 10 € par biterrois. J’imagine que ce n’est pas un gros effort pour beaucoup de biterrois pour conserver leur patrimoine le plus cher et pour éviter, une fois de plus, que des privés fassent de bonnes affaires sur leur dos.
2- La méthode
Monsieur le Maire, je crois que la méthode elle-même relève les faiblesses du fond.
a) Un appel d’offres obscur
Vous nous parlez d’autres projets écartés qui ne nous sont pas présentés. Vous n’avez pas associé à cet appel d’offres les élus d’opposition, des experts reconnus, ni des biterrois. Nous pouvons imaginer que la société archéologique puisse être entendue, écoutée et que les responsables du tourisme, maintenant transféré à l’Agglomération, puissent être consultés. Non, un petit arrangement dans un coin. Votre colère lors de la révélation du projet par Midi-Libre pose d’ailleurs pas mal de questions. Si vous en êtes fier, pourquoi ne pas apprécier son annonce ?
Vous avez manqué d’ambition, vous n’avez nullement consulté les biterrois. Que pensent-ils de ce projet qui ne faisait pas partie de votre programme.
b) Associer les biterrois
Monsieur le Maire, c’est justement en pensant aux biterrois que nous vous demandons d’organiser un référendum pour leur demander leur avis. Vous nous avez proposé un référendum lors de notre dernière séance et vous semblez attaché à la démocratie participative. Alors, il ne tient qu’à vous, sur un sujet qui relève bien des compétences de la Mairie.
Nous allons nous adresser à la presse pour vous demander de consulter les biterrois sur un sujet qui engage l’histoire et le futur de notre ville. Nous allons proposer un projet alternatif pour sauver le Palais des Évêques des mains des promoteurs. Comme par exemple, y rassembler l’ensemble des musées Biterrois et relancer leur attractivité et promouvoir notre histoire.
Croyez bien que je ne vais pas laisser acheter l’histoire et l’avenir de Béziers pour 700.000 €. Ils sont bien plus précieux que ça.
Nous allons nous battre, et les biterrois vont nous suivre. C’est pourquoi nous voterons contre ce rapport que nous vous demandons de retirer.
Tags:

Laisser un message

Your email address will not be published. Required fields are marked *